VI

Voici la première partie de la présentation de l'homme qui valait .....rien du tout !

 

Il est temps que je vous raconte une rencontre des plus originales qu'il me soit arrivé. Alors que dans certains pays il y a des légendes concernant des êtres uniques, comme le Yéti ou le Big Foot, et bien chez nous il y a une créature d'un autre temps, un être mi-humain, mi-bête : un con-magnon. Nous l’appellerons J-C, bien qu'habituellement on le siffle, mais bon on est civilisé quand même...ou pas ! Ce bon vieux J-C donc, est un homme ( préhistorique ) qui habite dans la charmante station balnéaire de Saint Pol sur Mer.1

Notre J-C est de petite taille, il a des talonnettes ( et la comparaison s'arrête ici avec qui vous savait, celui dont on ne prononce pas le nom … ), porte des lunettes avec des verres quadruple foyer. Il est heureux car il est propriétaire de son appartement dans sa ville où il a travaillé ( après cela dépend de ce que l'on entend par travailler, vous verrez pourquoi plus loin ) toute sa vie et il vit avec sa femme qui crache ses poumons encore plus que les cheminée des usines dunkerquoises ne crachent du souffre,( ce qui vous le savez n'est qu'un mythe, une usine ne crache pas de fumée polluantes, elle rejette de l'air pur transformé par un processus de purification afin de rendre respirable notre vie sur cette planète inhospitalière...enfin c'est ce qu'ils disent les propriétaires des usines, vous y croyez-vous ?2) J'ai eu l'honneur d'être son voisin du dessous pendant 18 très très très long et épuisants mois. Son accessoire préféré était le marteau. Avec J-C, tout est réglé. Vous avez du mal à visser une vis avec un tournevis, il accourt avec son marteau et il tape, tape et tape encore. Radical, comme sa vision des choses. L'immeuble a besoin de travaux pour l'étanchéité, et bien il dit non, il va par encore payer pour les autres. Enfin quand je dis « il dit non », il maugrée en émettant des bruits. Pour le plaisir, un des échanges que nous avons eu ( en essayant de retranscrire au mieux sa façon de parler ) :

  • Bonjour, comment allez vous ?

  • Mrrrjour, va rrrrh. É vo't chien, faut qu'il arrête de pisser dans les escaliers, hein, faut ramasser, mmrrr, aucun respect les jeunes

  • Mon chien a peut être fait une fois, mais j'ai ramassé de suite, maintenant faut voir cela avec les autres propriétaires de chiens de l'immeuble, non ?

  • Nooon, non,non, les autes y sont propriétaires donc c'est po possible

Comme on peut voir, le J-C est bourrue, pas fin psychologue, et surtout, il hais les locataires, surtout s'ils sont jeunes (et parisien car camionnette immatriculée 75 donc nous avons été direct catalogué!). Cela tombait bien, j'étais locataire et jeune, que du bonheur en somme ! Je suis certain que vous avez connu ce genre de voisin, typiquement le voisin du 3ème qui sait tout, à tout fait et qui se prends pour le roi de l'entrée.

 A suivre ...

1 Qui n'a que « sur mer » de balnéaire on devrait surtout dire « sur usines », mais c'est moins vendeur pour attirer les foules. Ah ! on vient de me préciser que personne ne vient en vacance à Saint Pol, donc c'est juste pour la frime le « sur mer ». En fait, la vision la plus répandue de la ville c'est qu'à St Pol tu sors jamais sans ton couteau. De là à dire que c'est une ville qui craint on en est pas loin. Mais ce serait injuste de tirer gratuitement des banalités noires sur la ville, c'est la seule ville du coin qui a un budget excédentaire, faut le noter.

2 Moi j'attends mes résultats pour savoir si j'ai gagné une maladie auto-immune de la thyroïde en jouant à « La recherche d'un nouveau malade, spéciale Dunkerque ». A gagner, cancer des poumons, de la gorge,...Et le millième malade à le droit une thalassothérapie dans le bassin minier, ça vaut le coup, non ?