Afin de patienter avant la sortie du roman, je vous propose de faire plus ample connaissance avec l'un des personnage de l'aventure : Rolf.

C'est à n'en pas douté, une future star, une légende.  Partagez !

 

 

 

Les aventures de Rolf Gratis

 

Apprenez à connaître et à aimer l'un des (z)héros du roman « Big Bang à Dunkerque » !

 

 

 

Rolf Gratis. Ce nom ne doit sûrement pas vous dire grand chose. Et c'est tout à fait normal. Effectivement, on ne peut pas dire que ce personnage unique gagne à être connu du grand public. Ce qui l'intéresse le plus, de toute manière, c'est que sa mère soit fière de lui. C’est pour cela d'ailleurs, qu'il vit encore chez elle. Chose que son père n'a pas supporté, il a quitté le domicile conjugale, après 20 ans de sommeil dans le fauteuil du salon. Rolf a une peur bleue de la nuit. Sa mère, très attentive à son précieux et unique fils, l'a toujours couvé. De ce fait, son lit fut toujours vide, Rolf dormant alors avec sa maman. Point de malaise à avoir, le lit conjugal était en fait, deux lits séparés. Maman était très pieuse, c'est pourquoi le lit séparé était la condition sine qua none pour le mariage. Mais pas que.

Sauf que les choses ont changées.

Il y a peu, Rolf a eu une mission. Ou plutôt, son père lui a enfin trouvé un travail. Ou plutôt un stage. Mais avant, il a fallu à Rolf traversé des sombres jours dans le domaine du travail.

Via ces minis aventures, vous allez donc découvrir la trajectoire en dent de requin de celui que l'on surnomme : « Grosse Pomme ».

 

La conception

 

A la sortie du lycée Notre Dame des Dunes, deux jeunes gens, Pierre et Marie, se tournant autour depuis quelques temps, se décidèrent à prendre un verre ensemble, au café Le Milord. Bien que Pierre avoua à Marie que son amour pour elle était véritable, cette dernière, pratiquante orale de la voie de Dieu ( pour cause, elle faisait partie de la chorale), se refusait aux avances de son prétendant. C'est alors que Pierre eu cette idée, qu'il regrettera amèrement par la suite. Lors de ce rendez vous, il l'invita à une fête, en tout bien, tout honneur. Après de longues réticences, elle accepta d'y venir, une heure, pas plus. C'est alors que le piège se metta en place.

Pendant cette fête, il lui proposa un verre de jus de fruits, mais avec un fruit spécial, celui de la passion, celui qui rend innocente la fille qui se lève le lendemain sans se rappeler de la veille. Alors que la coupe du péché fut vide, notre innocente Marie, se laissa emporter par son prince pas si charmant que cela. S'en suit quelques secondes, pour ainsi dire fractions de secondes, d'intense communion, à l'intérieur des toilettes, loin des regards. Son méfait accomplis, Pierre raccompagna alors sa dulcinée chez elle. Ayant concrétisé son amour, il se disait que mission était réussie. Mais, il avait engendré un bouleversement planétaire, une onde de choc spatiale.

Marie, plus si innocente que cela, s'était malgré tout laisser tenter par le diable. Et la punition divine arriva quelque neuf mois plus tard. Avant cela, il fallu annoncer la nouvelle à ses parents, puis à Pierre, puis au sien de parents, puis à la famille, puis au curé, … S'en suivis les visites médicales et les échographies, lors desquelles, le médecin d'alors, un Bulgare borgne à l'accent asiatique, leur annonça qu'ils attendaient une fille. Pendant sa grossesse, Marie se goinfra de pomme, son fruit préféré. Ce qui fit dire à Pierre que le prénom choisi serait « Pépine ». Cela engendra également l'obligation aux tourtereaux de devoir se marier, afin de légitimer leur enfant. Ordre donné par les parents de Marie. Ceux de Pierre, n'y voyant que l'occasion de placer leur fils, car les beau parents étaient fonctionnaires.

La grossesse se passa relativement bien, jusqu'au jour de la grande venue : l'accouchement. Et là, ce fut la surprise du chef : c'était un garçon ! Il fallu alors trouver un autre prénom. Marie proposa « Pépin », Pierre pleura. Bref, ce fut choisi de la sorte. Mais lors de la déclaration à la mairie, Pierre, ayant un peu trop bu fit une bourde monumentale. Pas de « Pépin » se dit-il. Sauf que lorsque la fonctionnaire lui demanda le prénom du nouveau né, celui-ci donna le nom d'une bière !. Car, au bar, alors qu'il fêtait la naissance, une nouvelle bière venait de faire son apparition. Avec comme slogan : « Le nouveau né de la brasserie Marie-Pierre : la Rolf ».

C'est à partir de cette boulette, que Marie intima à Pierre d'acheter des lits séparés, pour que l'histoire ne se répète pas.

Pour l'anecdote, la Rolf ne se venda pas, et la brasserie fit faillite. Il faut dire, fabriquer de la bière à base de pomme, c'est une sacré histoire !