D'un pas résolu, il pris donc la direction de l'école municipale. Les enfants avaient déjà quittés les salles de classe, mais il restait toujours Madame Wallewale...à son grand malheur ! Pierre ne sonna pas a la grille de l'entrée, il la défonça d'un coup de pied puissant, puis se dirigeant vers la classe de sa victime, il la vit sortir en lui hurlant dessus :

« Mais vous êtes fou ! Sortez d'ici avant que j'appel police ! Espèce de pathétique personnage ! »

Pierre n'entendis rien de ces mots, sa colère le rendais sourd aux remontrances et aveugle de ses actes. Ni une, ni deux, il asséna une pichenette dans les lunettes de la vielle peau, ce qui les envoya valdinguer au milieu de la cour de récréation. Puis, il l'attrapa par les jambes, la faisant tomber contre le bitume, il la traîna jusque sa classe, et c'est alors que l'insupportable calvaire de Madame Wallewale débuta.

Pierre lui enleva sa jupe et déchira la culotte de celle qui pour le coup se sentit en route pour le septième ciel ! Mal lui en pris, car la suite fut loin d'être l'acte angélique qu'elle aurait pu croire...il monta sur une des tables, décocha le crucifix du mur et le pointa vers elle.

« Nooon ! Posez Jésus tout de suite malheureux ! » supplia t-elle.

« Prépare toi à subir la vengeance divine salope ! » lui rétorqua Pierre l'inquisiteur.

Et en moins de temps qu'il faut pour l'imaginer, il fit pénétrer le bas de la croix dans le rectum de la croyante, laquelle poussa un dégagement vocal à faire pâlir les chanteurs de Hard Rock !

Une fois son acte accompli, il pris la porte, « Ne vous embêter à me raccompagner, je connais la sortie », lui lança t-il en quittant la classe.

De son côté, la maîtresse, le regard dans le vide, ne lui répondis point. Elle resta ainsi prostrée, personne n'ayant su si elle avait aperçu le paradis ou l'enfer durant sa bénédiction....

Pierre, après avoir fait ravaler deux mauvaises langues, poursuivi sa cabale vengeresse, prochaine cible : ses beaux parents.

Ah, qu'il est bon d'extérioriser sa colère, se dit-il. Mais demain, après avoir passé sa soirée à se livrer aux chants de la colère, comment se sentira t-il ? Je m'en tape, pensa t-il.