Quelque chose d'un peu différend de ce que j'écris d'habitude, mais je sais pas pourquoi, cette légende du panda m'est apparue très limpide à la première lecture, alors il fallait que vous en profitiez ! Voici ses deux légendes :

 

 

Voici la légende Chinoise :.

 

lc3a9gende-du-panda

.

 

Et voici la légende Tibétaine :

« Il y a bien longtemps, dans les hautes montagnes du Tibet et du Sichuan, vivaient les Pandas…
Mais ces derniers n’étaient pas exactement comme leurs descendants aujourd’hui.

Non, ils avaient la tête toute blanche. Ce territoire était aussi celui d’un royaume humain. Dans ce dernier, une très belle princesse vivait.

Fierté de son père et de son peuple, on disait d’elle que sa beauté était si grande qu’elle aurait tourner la tête à toute personne la croisant, homme ou femme.

Personne ne pouvait résister à son charme. Même la plus humble des soies sur elle, semblait tel un lourd et riche brocard; les plus humbles sandales qui ornaient ses pieds ne semblaient plus jamais toucher terre, comme s’ils étaient fait de nuages.

La merveilleuse princesse avait cependant une faiblesse, elle aimait se promener dans tout le royaume parcourant campagne et forêt, faisant trembler d’effroi son père le roi pour sa sécurité. Malgré cela, un jour, fuyant la lourde chaleur du soleil estival, elle s’aventura dans la forêt.

Un détour d’un sentier, elle entendit un bruit. Laissant sa curiosité l’emporter sur l’instinct qui lui parlait d’un grand danger, elle   s’avança   très silencieusement vers le son.

.

Et là, au coeur de la dense forêt de bambous, elle vit un petit panda, tout jeune et abandonné, face à un terrible tigre affamé. Tétanisé de peur, le petit ours – chat (« xiongmao » en chinois veut dire l’ours – chat et désigne le panda) ne pouvait s’enfuir.

N’écoutant que son bon cœur, la princesse se jeta sur le bébé panda et le sauva d’une mort certaine.

Retrouvant toute sa réactivité, le panda s’enfuit se mettre à l’abri. Mais l’intrépide princesse se retrouva devant le tigre sans réelle possibilité de s’échapper.

Le félin, trouvant une autre proie à la place de la première, ne se fit pas prier pour commencer son déjeuner.

Quand des jours plus tard, les gens de son royaume retrouvèrent ce qui restaient de la princesse, ils lui offrirent un bûcher pour un semblant de cérémonie funèbres.

Au bord de la forêt, le petit panda pleurait, pleurait la mort de la princesse.

Et lorsque le bûcher ne fut plus que cendres, les villageois partis, il s’approcha et pria pour celle qui lui avait sauvé la vie.

De douleur et de chagrin, il se frotta alors les yeux et les oreilles avec les cendres et demanda aux Dieux de lui permettre ainsi de porter le deuil de la princesse.

C’est ainsi que depuis, tous les pandas ont les oreilles et le tour des yeux noirs, en mémoire de celle qui se sacrifia pour sauver l’un d’entre eux…. »